Risque élevé d’influenza aviaire (type H5N8) en Côte-d’Or

grippe aviaire montbardDepuis la confirmation du premier cas de virus influenza aviaire de sous-type H5N8 dans l’avifaune sauvage le 23 octobre 2020 aux Pays-Bas, le nombre de cas dans la faune sauvage ne cesse de croître en Europe, sur l’avifaune libre mais aussi en élevage. Le virus est actuellement identifié aux Pays-Bas, en Allemagne et au Royaume-Uni. Tous les cas sont situés en bordure des mers du Nord et Baltique, ce qui est cohérent avec un couloir de migration des oiseaux.

Le niveau de risque qui était "modéré" a été modifié pour devenir "élevé" dans les départements situés dans les deux principaux couloirs migratoires traversant le territoire national. Depuis le 5 novembre 2020, l’ensemble du département de la Côte d’Or se situe en "risque élevé".

Les mesures suivantes s’appliquent donc dès aujourd’hui dans l’ensemble du département :

  • le confinement ou la pose de filets permettent d’empêcher tout contact avec les oiseaux sauvages,
  • la surveillance quotidienne de la bonne santé des volailles par des détenteurs de basses-cours.

Par ailleurs, une application stricte des mesures basiques de biosécurité est de rigueur dans toutes les basses-cours. Il convient notamment :

  • d’empêcher tout contact entre les volailles de basse-cour et des oiseaux sauvages ou des volailles d’un élevage professionnel ;
  • d’empêcher l’accès des oiseaux sauvages aux stocks d’aliments et de litière neuve destinés aux volailles;
  • d’empêcher l’accès des oiseaux sauvages aux points d’alimentation et d’abreuvement des volailles;
  • de limiter l’accès à la basse-cour aux seules personnes indispensables à son entretien ;
  • de ne jamais pénétrer dans une basse-cour après une promenade dans la nature, notamment à proximité d’étangs, sans avoir préalablement changé ou nettoyé et désinfecté ses bottes ou chaussures ;
  • de protéger et entreposer la litière neuve à l’abri de l’humidité et de toute contamination, sans contact possible avec des cadavres;
  • de nettoyer régulièrement les bâtiments et le matériel utilisés pour la basse-cour, mais en aucun cas avec de l’eau de surface (mare, ruisseau, pluie... );
  • en cas de mortalité anormale, contacter un vétérinaire pour une visite sanitaire de l’exploitation à vos frais.

L’enjeu des mesures de prévention est de protéger les volailles domestiques d’une potentielle contamination qui aurait des conséquences désastreuses pour les échanges et exportations d’animaux vivants et de viandes de volailles. Elles engendreront des contraintes fortes principalement dans les filières de plein air.

Ce que dit la loi

  • Les arrêtés ministériels des 8 février et 16 mars 2016 relatifs à la prévention de l’influenza aviaire sont d’application obligatoire par tout détenteur de basse-cour.
  • Le non-respect d’un arrêté prescrivant des mesures pour prévenir une maladie animale réglementée est passible d’une amende de 750€ (art.R.228-1 du code rural et de la pêche maritime).
  • Le fait, par inobservation des règlements, de faire naître ou de contribuer à répandre involontairement une épizootie est passible d’une amende de 15 000€ et d’un emprisonnement de 2 ans ( art.L. 228-3 du code rural et de la pêche maritime).
  • Les maires et leurs adjoints, les fonctionnaires de police et de gendarmerie et les agents assermentés de la DDP sont habilités à dresser procès-verbal lorsqu’ils constatent une infraction aux textes en vigueur.

Liens d’informations complémentaires régulièrement mises à jour

Pour tous renseignements complémentaires, vous pouvez contacter la Police Municipale de Montbard : Place Jacques Garcia – BP 90 – 21506 MONTBARD CEDEX – Tél. : 03 80 92 50 39 – Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.